Depuis 1997 le théatre de l’Aire Libre accueille la création musicale des Trans.
L’artiste en bénéficie d’une résidence de plusieurs jours avant 5 jours de représentation publiques.

MOON GOGO
(FRANCE- CORÉE DU SUD)

Moon gogo est la dernière aventure en date du célèbre Féderico Pellegrini (The Little Rabbits, French Cowboy…). Autrefois acompagné d’Helena Noguerra (Dillinger Girl And « Baby Face » Nelson), le chanteur et claviériste officie désormais avec E’Joung Ju. Coréenne vivant à Nantes depuis bientôt huit ans. Celle-ci manie le geomungo, instrument à cordes coréen très imposant, crée il y a plus de 1600 ans. Le répertoire du tandem mêle morceaux traditionnels, adaptation de morceaux écrits à l’origine pour French Cowboy et compositions (très) originales. Volontiers laid-back et détendues, ces chansons déterritorialisées font perdre nos repères en carambolant sonorités coréennes ancestrales, americana fantasmée et touches synthétiques européennes.

ROUGE GORGE
(FRANCE)

Est-ce du temps où il prenait des cours de chant lyrique au conservatoire que Robin Poligné à hérité du surnom de Rouge Gorge? Mystère. Toujours est-il que le bonhomme est assurément un drôle d’oiseau, dont le chant ravive le souvenir d’une certaine pop synthétique à la française incarnée par feu Jacno et Étienne Daho. Une musique à la fois futuriste et rudimentaire, élégante et un peu tarte, que ce multi-instrumentaliste rennais aborde avec une inventivité inversement proportionnelle à ses ressources matérielles – quelques claviers et boites à rythmes premier cri qu’il bidouille seul dans son coin. Surtout, c’est par son ton qu’il sort de la volée, mélange d’humour à froid et de mélancolie sociale. 

FISHBACH
(FRANCE)

Pour l’état-civil, Fishbach se nomme Flora Fischbach. Mais comme Alain Bashung (ex-Baschung), elle a fait voler le « C » d’un patronyme aux accents germaniques. Au printemps dernier, elle signait un EP remarqué chez Entreprise (Superets, Grand Blanc, Bagarre, Juniore…). Du tube souterrain et new-wave Mortel à une reprise osée et méconnaissable de Night Bird de Bernard Lavilliers, la native de Charleville-Mézières fait sauter pas mal de tabous pop. Mêlant confessions à vif et déflagrations synthétiques. Fishbach joue avec le chaud et le froid et revisite la pop française eighties avec une approche punk, se fichant des querelles de chapelle ou de (bon) goût? D’ordinaire simplement armée d’une Telecaster et d’un antique ordi, Fishbach sera présente aux Trans Musicales entourée d’un groupe live, lors d’une création spécialement conçue pour l’Aire Libre. Tu Vas Vibrer, annonce-t-elle. On lui fait confiance.