1979. Six bénévoles créent deux soirs de concerts pour exposer la très vivace scène rock locale : ce sont les premières Rencontres Trans Musicales de Rennes. Dès sa deuxième édition, la programmation s’ouvre à des formations d’autres régions tandis que des débats regroupent des professionnels de la musique. Des artistes étrangers s’ajoutent à l’affiche en 1982. Le festival n’aura alors de cesse d’accompagner tous les mouvements musicaux à venir. Né en pleine ère de post-punk et de rock industriel, il sera aux avant-postes pour embrasser les révolutions des musiques électroniques et du hip-hop qui secoueront les années 80. Le DJ et la rave y trouvent aussitôt leur place.

D’édition en édition, le festival guettera de près l’arrivée du grunge, du rock alternatif, de la brit-pop, du trip-hop, du rap français ou de l’électro-rock, accueillant Etienne Daho (1980), Noir Désir (1986), la Mano Negra (1988), Lenny Kravitz (1989), Nirvana (1991), Ben Harper (1993), Björk (1993), Portishead (1994), Daft Punk (1995), Amadou & Mariam (1998), LCD Soundsystem (2002), Justice (2006), Rodriguez (2009), ou Stromae (2010)… certains pour leur premier concert hexagonal. Mais les Trans, c’est aussi l’assurance de rencontrer des artistes plus à la marge comme MorphineUnderground ResistanceYargoTest Department
Avec sa programmation riche et novatrice, le festival rennais s’est imposé comme le rendez-vous incontournable pour un panorama complet des musiques de demain, une garantie de découverte et de surprise, une expérience unique d’initiation et de partage.

Les Rencontres Trans Musicales de Rennes sont organisées par l’Association Trans Musicales (ATM). Tout au long de l’année, l’ATM propose divers projets artistiques et culturels, dans différents lieux. Elle développe notamment les actions du Jeu de l’ouïe (programme d’éducation artistique et culturelle) et de Mémoires de Trans (travail sur l’histoire et les archives du festival). Par ailleurs, l’ATM a en gestion l’Ubu, salle du centre ville de Rennes. Elle y déploie son projet, et en partage la programmation de concerts avec plusieurs associations rennaises et producteurs locaux et nationaux. Engagée dans le développement durable et solidaire depuis 10 ans, l’ATM est devenue en 2013 le premier acteur culturel français certifié selon la norme internationale ISO 20121 portant sur le management responsable de l’activité événementielle. Cette certification concerne l’ensemble de l’activité et des projets de l’ATM, et reconnaît non seulement les actions mises en place en matière de développement durable et solidaire, mais également la manière de les conduire au quotidien.