Actu

[Echo-système] Les assos à l’Ubu : le témoignage de Back2R

18.05.2021

Près de la moitié des dates de concerts sur une saison UBU sont programmées par des associations locales ! Elles contribuent ainsi au renouvellement et à la vitalité de scènes musicales parfois moins travaillées par Les Trans comme l’acid-core, le garage vintage ou le metal pour ne citer que quelques exemples, et sont autant de projets artistiques différents portés par des passionné·es. Après une année sans les avoir revu·es dans nos murs, nous avons demandé à ces organisatrices et organisateurs de tout âge et horizons de se présenter et de nous faire un petit point avant d’avoir à nouveau le plaisir de les accueillir.

Pouvez-vous présenter votre asso ?
Depuis quand programmez-vous des soirées à l’Ubu ?

Marco Fernandes, président de Back 2R : J’ai débarqué en Bretagne en février 2009 et j’ai découvert l’Ubu dans la foulée. J’ai aimé la salle malgré sa configuration atypique et j’ai pensé immédiatement à y produire des événements. C’est sur une soirée Stereo Nightmare que je rencontre Gaël Huet alias Jagger Jack, avec qui nous avons monté l’asso Back2R (pour Back To The Rave). Dans les premiers projets nous avons fait une projection d’un film sur les Heretik à l’Ubu suivi d’un débat dans le cadre des Trans 2010 ; le mois suivant nous avons produit une soirée Back To The Rave au Parc des Expositions.

Suite à cette soirée Gaël Huet a quitté le projet, et l’asso a eu plusieurs vies. Nous avons eu des salariés, Guillaume Pottier et Camille de Roccassera, qui ont beaucoup aidé à structurer le projet. Nous avons retrouvé nos passions premières, le hardcore et l’acidcore, via des soirées Tricks en co-production avec l’asso Rewind. Depuis 2018 l’asso est composée de Jean-Philippe alias Jepeto et par les membres d’une autre asso nommée “Osmoz”. Back 2R c’est à ce jour plus de 150 soirées organisées allant de 500 à 10 000 personnes un peu partout en France avec le projet en parallèle We Are Rave, toujours co-prod avec Rewind Production.

Pourquoi programmez-vous à l’Ubu ? Quel en est l’esprit de ces soirées ?

L’Ubu et son équipe nous a permis d’avoir une certaine vision de la production et que nous avons apporté dans toutes les salles où nous avons travaillé et cela essentiellement grâce à Tune [ancien régisseur de l’Ubu, décédé en 2015], il nous a fait changer certaines habitudes pour les optimiser.

L’esprit c’est le public, je mets un point d’honneur à accorder que nos soirées appartiennent au public, nous sommes juste des exécutants pour apporter un moment de décompression en fin de semaine, on leur fait économiser des séances de psy (rires).

L’Ubu parce que c’est l’extension de notre salon avec un système son qui fonctionne mieux et avec plus de place, on pourrait venir en peignoir et en charentaises et y placer notre canapé donc si jamais dans le budget une cheminée est envisageable nous sommes preneurs (rires).

Votre meilleur souvenir d’une soirée que vous y avez organisée ?

J’ai deux beaux souvenirs, le 1er c’est d’avoir organisé une soirée “Tricks” le jour des 50 ans de Tune avec la belle ambiance au catering pour l’occasion. Mon 2e c’est de voir ce même Tune qui était très strict dans les protocoles laisser déborder Manu Le Malin en me disant : “c’est impossible de couper ça, on le laisse finir !”.

Comment avez-vous satisfait votre goût pour la musique depuis le début de la crise ?

Depuis la crise j’avance sur l’élaboration de deux albums avec Jepeto. Pour ma part, je suis devenu formateur Cubase, mix et mastering chez Eanov School, donc pas une journée ne se passe sans musique et le plaisir de transmettre.

Qu’avez-vous le plus hâte de retrouver quand l’organisation de soirées sera de nouveau possible ?

De manière un peu maso, le risque du plantage et la montée d’adrénaline que ça génère, c’est un bon stress. De retrouver le public évidemment et aussi toutes les équipes techniques, de chercher des solutions aux problèmes, de sentir la fatigue du lendemain d’un travail accompli et de se dire : une de plus !

Un artiste / des artistes que vous conseillez de découvrir ?

Alors durant cette crise j’ai découvert Ramsey, je suis totalement tombé sous le charme de cette artiste, il y a des notes trip hop, lounge, quelques rythmiques trap, c’est très sombre et mélancolique, c’est très esthétique et fétichiste, je rêverais de la voir aux Trans !

 
Lire les témoignages des autres assos

Photo de couverture : Manu Le Malin par Back2R