Actu

Les Trans, partenaires du festival Waterproof, plongez dans la danse ! 2021

18.02.2021

Accueilli à l’Ubu dès sa première édition en 2020, le festival Waterproof, plongez dans la danse ! 2021 a bien eu lieu, en format réduit et réservé aux professionnel·le·s pour raisons sanitaires. En tant que partenaires, Les Trans étaient cette année plus particulièrement impliquées dans deux propositions du festival, notamment la première représentation du spectacle Parcours de l’artiste accompagné Ekilibro Noah.

« Les contours du festival ont été redessinés à de multiples reprises » retrace Odile Baudoux, secrétaire générale du Triangle, Cité de la Danse de Rennes. Le montage lui-même du festival est atypique, avec deux structures en co-pilotage, le Triangle et le collectif FAIRE du Centre Chorégraphique National de Rennes et de Bretagne, un comité de programmateur·trice·s venant d’équipes différentes et une myriade de partenaires, « nous étions 20 structures associées en 2021 ». Pour cette année très particulière, trois types de propositions ont pu être maintenues, dont des représentations en avant-première et des rencontres intitulées « Dialogues croisés », qui voyaient se rencontrer des chorégraphes et des représentant·e·s d’autres disciplines (éthologue, ostéopathe…).

Une rencontre chorégraphique sous le signe du krautrock à l’Ubu

« Nous avions voulu faire partie de cette proposition ambitieuse de festival dès la première édition avec l’accueil d’un marathon de danse , et souhaitions participer à nouveau cette année » indique Sandrine Poutrel, programmatrice danse des Trans. C’est ainsi que l’Ubu a accueilli une rencontre professionnelle et sa préparation autour d’un spectacle du chorégraphe Thierry Micouin, inspiré de l’album Future Days du groupe allemand Can. « Proposer ce travail à l’Ubu, dans une salle aussi chargée en histoires musicales, était une évidence » explique Odile Baudoux. Le travail autour de la chorégraphie et de la musique était mis en discussion avec Eric Deshayes, un écrivain spécialiste du groupe, dans une démarche d’approfondissement et d’éclairage du processus d’écriture. Des extraits dansés étaient présentés sur scène et dans la fosse, dans un lieu plus habitué à voir danser des clubbers que des artistes professionnel·le·s en danse contemporaine.

L’aboutissement de l’accompagnement pour Ekilibro Noah

Le jeudi 11 février au soir, le chorégraphe et danseur Ekilibro Noah présentait au Triangle son spectacle Parcours. Il devait déjà y être proposé comme ouverture des soirées danse pendant les dernières Trans Musicales, dans le cadre d’un dispositif d’accompagnement de danseurs locaux qui est développé chaque année depuis trois ans par Les Trans. « J’ai découvert son travail en 2020 avec un solo de danse en extérieur, et l’avais contacté pour voir s’il était intéressé à le transposer sur une scène. Il pensait lui aussi que c’était le bon moment » indique Sandrine Poutrel.

Artiste accompagné par les Trans en 2020, il a pu bénéficier d’ateliers de structuration — comment développer une compagnie, formaliser l’écriture des spectacles, monter des dossiers de financement — et de communication — comment parler de son projet et le faire vivre. Côté scène, outre une mise à disposition de studio de répétition, il a notamment pu consacrer deux jours au travail sur les éclairages sur le plateau du Triangle. « On m’a présenté un technicien lumière, Ronan Bernard, et nous avons pu travailler ensemble sur le spectacle. Je voulais un rapprochement visuel, que tous les détails soient visibles, et il m’a proposé des idées très simples qui peuvent être transposées ailleurs. Nous sommes ressortis avec une fiche technique assez claire, et il était là avec moi pour cette première représentation ». Cette résidence avait alors été l’occasion de tourner un Plan Rapproché avec l’équipe de vidéastes Voyons Voir, vidéo qui a été diffusée pendant l’évènement Les Trans s’invitent chez vous, au moment précis où le danseur aurait dû monter sur scène. « Ça fait vraiment le travail, je m’en sers de carte de visite, c’est suffisamment représentatif de ce que je veux dire pour me présenter » témoigne Ekilibro Noah.

La représentation publique prévue aux Trans Musicales en décembre n’ayant pu se faire, le festival Waterproof lui a offert une première occasion de se produire devant des professionnel·le·s, même si la capacité était réduite à 100 personnes (sur les 600 places que peut normalement accueillir la salle). « C’est très important pour moi de pouvoir m’inscrire dans le territoire, de me faire connaître et dire qui je suis. C’est une belle occasion en ce début d’année, j’espère pouvoir suivre cette création pour qu’elle puisse faire sa route. »

Festival Waterproof

Plan Rapproché avec Ekilibro Noah

Retour aux sources avec Ekilibro Noah