Actu

#Trans2020 : les premiers rendez-vous

03.09.2020
ANDREA LASZLO DE SIMONE AU TNB

Originaire du nord-ouest de l’Italie, le trentenaire turinois Andrea Laszlo De Simone est un artiste rare et précieux. Auteur, compositeur, interprète, multi-instrumentiste et producteur de ses propres œuvres, il a livré fin 2019 Immensità, un enregistrement de pop orchestrale et progressive hors norme qui s’articule autour de quatre chapitres – Il Sogno (“Le Rêve”), La Realtà (“La Réalité”), Lo Spazio (“L’Espace”) et Il Tempo (“Le Temps”). Modeste dans sa durée (25 minutes dans sa version longue sur vinyle), l’œuvre témoigne néanmoins d’une ambition artistique qui n’a rien à envier à un double album concept, tant ses harmonies célestes semblent intemporelles.
Le thème métaphysique du disque et les textes existentialistes en italien mettent ici en miroir l’immensité de l’espace et du temps et celle – plus intime – de nos émotions. Un véritable chef d’œuvre de sensibilité par un artiste autodidacte et autarcique qui avoue écouter très peu de musique. Sans lui attribuer d’influences, on parlera plutôt de filiations, notamment avec des artistes de la scène italienne des années 1970 dont il semble en effet parfois hériter, même inconsciemment, comme Lucio Battisti pour ses ballades pop folk ornementées ou Franco Battiato avec ses orchestrations synthétiques et aventureuses.

Pour ces deux concerts exceptionnels au Théâtre National de Bretagne, Andrea Laszlo De Simone jouera avec une formation élargie incluant guitare, basse, batterie, claviers, trompette, violon et violoncelle et présentera ses deux derniers enregistrements : le fameux Immensità, ainsi que Uomo Donna, son remarquable album de 2017, qu’il a très peu joué hors d’Italie.

Ecouter les disques

1e PARTIE : BRIEG GUERVENO (21h)

Délesté de ses bagages prog rock et heavy metal, le musicien de Saint-Brieuc aujourd’hui établi dans la campagne rennaise trouve une nouvelle inspiration en ouvrant grand les fenêtres de ses chansons sur des climats boréaux, folk et épurés. Chauffées à la guitare acoustique, allongées sur des lits de cordes et bercées d’une tendre mélancolie, les compositions de Brieg Guerveno chassent sur les mêmes terres que Bon Iver. Et à l’émotion engendrée par la musique, la langue bretonne ajoute en plus une touche de merveilleux. 

Ecouter le disque

OUVERTURE DE LA BILLETTERIE LE 6 OCTOBRE

▶ Mercredi 2 & Jeudi 3 décembre 2020 à 20h

LUJIPEKA EN CRÉATION À L’AIRE LIBRE

Pour la 24e édition consécutive, L’Aire Libre accueille un artiste de la programmation des Trans Musicales pour une résidence de création qui a souvent été une opportunité de générer de belles histoires et de grandes tournées.
 
Jeune artiste rennais issu du collectif Columbine, Lujipeka entame aujourd’hui une aventure en solo, plus que jamais guidé par son goût immodéré pour la liberté, de ton et d’action. Car si le hip hop est la source de son art, son rap laisse aujourd’hui une place grandissante au chant, et sa palette instrumentale synthétique pourrait s’ouvrir lors de cette création à des sonorités plus acoustiques de guitare et de batterie. Un pied dans la pop, un autre dans une singularité hip hop, comme ont pu l’expérimenter à leur manière ses aînés Orelsan et Lomepal. La sienne est à l’image de sa personnalité : teintée de poésie chambreuse, de mélancolie crue et des rêves de sa génération.

Ecouter le disque

Réserver

▶ Du mercredi 2 au dimanche 6 décembre (20h30 / 17h le dimanche)

DANSE AUX TRANS AU TRIANGLE : COMPAGNIE DYPTIK, « DANS l’ENGRENAGE »

Souhail Marchiche et Mehdi Meghari mettent en scène la violence d’une société faite de rapports de force et de domination. Sur une musique électronique aux accents orientaux, les 7 danseurs se confrontent et tentent de résister à l’ordre établi, de se libérer. Leur danse précise et engagée se rapproche de la transe. Elle laisse aussi la place à la démence, la fragilité, l’inquiétude mais aussi le plaisir de vivre…

1e partie : EKILIBRO NOAH

« Parcours » est le récit dansé d’un voyage vers l’inconnu. Celui de l’artiste contraint de quitter son pays et les siens pour échapper à la précarité. C’est en conjuguant danses hip hop et africaines qu’Ekilibro Noah figure son exil avec une grâce et une puissance indéniable. Durée : 15 minutes (extrait du spectacle « Parcours »).

Ekilibro Noah est un artiste accompagné par Les Trans.

▶ Samedi 5 décembre à 18H et Dimanche 6 décembre à 16H