Actu

#Trans2020 Les tendances de la programmation

13.10.2020

Etant donné le contexte particulier de cette 42e édition des Trans Musicales, son architecture se voit donc redéployée dans des espaces et des temporalités adaptées : des salles de concerts différentes des dernières années, quelques scènes en moins et des amplitudes horaires allégées : le nombre d’artistes invité·e·s s’en trouve ainsi logiquement réduit.

Le fait que la programmation soit resserrée sur 42 artistes et 2 compagnies de danse aurait pu faire craindre que soit mise à mal la grande diversité culturelle et musicale qui caractérise habituellement le festival.

Cependant, et même si une majorité de ces artistes résident actuellement en France, les nombreuses origines géographiques et culturelles ainsi que la variété des propositions artistiques représentées permettent de continuer à proposer en 2020 un panorama très large et toujours fidèle à l’idée de « sono mondiale » chère aux Trans musicales.

Les 18 nationalités et 13 langues qu’on dénombre dans cette programmation sont déjà une première illustration de cette belle diversité. Les multiples esthétiques musicales traversées par ces artistes en sont une autre, sans doute encore plus manifeste.

sans être ici exhaustif, on peut notamment mentionner une large représentation du rock (garage, psychédélique, post-punk, metal, post-hardcore, afro-rock…) ainsi que des découvertes marquantes en matière de groove jazz, soul, funk.

Si les projets de musiques électroniques dansantes sont logiquement moins nombreux cette année (configuration assise oblige), on constate néanmoins une présence importante de groupes mêlant les sons électroniques à d’autres esthétiques. Par exemple dans des veines electro-pop, dark wave, techno électro-acoustique, mais aussi dans des styles singuliers dont les noms restent encore à inventer (a‑t-on déjà entendu du « r&B électronique polynésien » ?).

Enfin, la programmation des Trans Musicales renouvelle bien son invitation au voyage et à des escales dépaysantes qui ont pour noms évocateurs : psychédélisme turc, boogaloo, nuevo flamenco, rumba congolaise, tsapiky et salegy malgaches, mbaqanga sud-africain…

Une nouvelle exploration gourmande de la création musicale actuelle dont l’apparence composite et éclatée évoque un patchwork multicolore observé à travers un kaléidoscope.

A l’écoute, la playlist des Trans 2020