Chronique

En février, crée ce qu’il te plaît 

11.03.2021

Retour sur un parcours artistique et culturel au centre de loisirs Pascal Lafaye

Les vacances scolaires de février ont été l’occasion de proposer un parcours artistique et culturel sur mesure aux enfants du centre de loisirs rennais Pascal Lafaye : un stage de pratique d’une semaine pour créer des morceaux à la manière de IA404. A la différence des actions menées habituellement (qui s’inscrivent plutôt sur le long terme), celle-ci durait une semaine mais était intensive. 5 jours, 6 enfants, 3 artistes, des heures d’écoute, d’ateliers et de pratique. Retour sur cette semaine forte en émotions, dans le quartier du Blosne, territoire de résidence des Trans

LUNDI 

Covid oblige, les conditions sanitaires actuelles interdisent le brassage entre les niveaux d’âge. Hakima, l’animatrice loisirs du centre et référente du projet, choisit donc les “grand·e·s” (6 ans) pour participer au projet. Nous rencontrons Anas, Chloé, Lucas, Mariama, Yahya et Yannis. Tout l’enjeu de la première rencontre est de mettre toutes les personnes à l’aise afin que l’expérience puisse être la plus réussie. Après une présentation des Trans et du projet, plusieurs temps d’écoute d’artistes passé·e·s au festival ou l’Ubu sont faits. On écoute couché·e, assis·e, on écoute en dansant, en secouant les cheveux, en criant par dessus la musique ou en restant silencieux. On découvre ainsi Altın Gün, Denez Prigent, Kate Tempest, M.I.A., Nirvana, Rebeka Warrior, etc… Le soir, les références sont envoyées aux parents pour continuer l’expérience en
dehors du centre. 

MARDI 

C’est le lendemain de la séparation des Daft Punk. Alors on commence par écouter Rollin’ & scratchin’, One More Time et Contact, et on parle d’électro et de house. 

J’adore la vieille chanson de 2001”. 

Une introduction qui arrive à point nommé puisque les IA404 arrivent le lendemain, qu’ils et elle s’inscrivent dans un style électro-pop et surtout, qu’ils et elle portent des masques. L’excitation monte du côté des enfants qui ont “trop hâte” de rencontrer IA404 et de faire de la musique. Pour attendre, on confectionne des masques, on décortique les morceaux de IA404, on se prépare.

MERCREDI 

C’est le jour tant attendu. Les artistes arrivent, accueilli·e·s chaleureusement par les enfants. Ils et elles sont séparé·e·s en deux groupes, “IA Junior” et “IA musiciens”, noms choisis par eux et elles-mêmes. Le premier atelier de pratique permet de créer, à la manière de IA404, une mélodie.

je voudrais un son qui ressemble à de la guitare électronique” 

Les artistes expliquent le fonctionnement du clavier et de la batterie électronique aux enfants et plus généralement la manière dont ils créent un morceau. Compositions et discussions aboutissent à la création de deux bases de chansons. 

JEUDI 

Les parents déposent les enfants pour l’avant dernier jour du parcours. Plusieurs enfants ont demandé à leurs parents de leur trouver des instruments afin de pouvoir jouer. Le lendemain, Anas vient par exemple avec le luth de son grand-père, la flûte de son frère et un mini-tambour de décoration.

 “écoute comme elle chante bien ma guitare”. 

Mais jeudi c’est surtout la journée des paroles. Accompagné·e·s par les trois musicien·ne·s, les enfants écrivent des paroles, qu’ils et elles vont ensuite enregistrer sur les mélodies. 

VENDREDI 

Les morceaux sont créés, il est temps désormais de répéter avant le concert de l’après-midi. Au début de

 la semaine, aucun enfant ne souhaitait monter sur scène, “trop stressant”, “trop impressionnant”. La question ne se pose plus aujourd’hui et chacun.e a envie de montrer aux autres enfants du centre de loisirs le travail accompli.  Le concert se déroule sous les tonnerres d’encouragements et d’applaudissements des enfants, qui brandissent leurs guitares et claviers
fabriqué·e·s en cartons avec leurs animatrice·teur·s. Et il en va de même pour le concert de IA404 qui suit juste après : 

C’était le plus beau jour de ma vie”

Je veux faire du clavier ! “

Ce genre de projet d’éducation artistique et culturelle montre que la découverte peut créer des envies chez les enfants de faire de la musique à leur tour et rappelle aussi que la rencontre physique est indispensable pour que l’expérience soit complète, que ce soit pour les publics autant que pour les artistes. 

Pour partager autant que possible cette semaine riche en émotions, nous vous proposons une courte vidéo.