fbpx

The Last Poets

New York, fin des années soixante, le rêve de Martin Luther King a tourné court, c’est l’heure de l’activisme dur, des Black Panthers… Dans un atelier de Harlem, sur la 125ème rue, vers 1968/1969, un atelier de réflexion et d’actions militantes regroupe ceux qui prennent le nom de Last Poets, les derniers poêtes avant la guerre, en l’occurence la révolution noire. A la suite d’un clivage idéologique, c’est Alafia Pudim qui garde le nom pour le groupe qui va sortir en 1970 “The Last Poets“, l’album brûlot qui contient “New York“ et “Wake Up Nigger“. Un enregistrement qui sert de fondations à beaucoup de choses qui se firent depuis en matière de jazz et de rap. Des percussions, des voix, et un message. Suivent “This is Madness“, et d’autres albums qui renforcent la position des Last Poets sur le front de l’engagement politique. En 1973, sous le nom de “Lighnin’ Rod“, Alafia Pudim sort “Hustler Connexion“, le disque qui invente le rap sur fond de sampling avant l’heure, une bande son qui mèle bruitage urbains et sons de la musique noire. En 1976, Alafia/Lightnin’ Rod est devenu Jalaluddin Mansour Nurredine (Jalal, en abrégé) après sa conversion à l’Islam orthodoxe, l’album “Delice of garden“ précède la première venue en France des Last Poets, lors du festival d’Automne, à la salle Wagram en 1977. Aux USA, le FBI veut en finir avec les Black Panthers, le climat est aux luttes fratricides, les Poets n’ont plus de contrat et personne ne prendrait le risque de les faire enregistrer. Ils songent donc à rester en Europe. Jalal revient pourtant à New York où pendant quelques années il exerce comme médecin acupuncteur, avant d’aller s’installer à Liverpool où il vit encore aujourd’hui. On reparle des Last Poets en 1983 quand Bill Laswell fait ressortir leurs disques et produit “Oh My People“, puis “Freedom Express“ en 85. En 1992, les Last Poets sont unanimement reconnus et célébrés comme pères fondateurs du rap, ombres tutélaires de Public Enemy, KRS One et consorts, ainsi que de l’Acid Jazz anglais, Galliano s’en inspire ouvertement et on a pu réentendre la voix de Jalal sur les compilations Talking Loud… La réunion de Omar Ben Hasen et Suleiman El-Hadi, les Last Poets originaux aux Transmusicales est un événement sans précédent.


Retrouvez l’interview du programmateur à propos de leur passage aux Trans !
Blues, Électro-Funk, Jazz
New-York, Etats-Unis
1968

TRANS – 1992
Du mer. 02 Déc à 0h00
au sam. 05 Déc à 0h00