Flashback

Retour sur la soirée Let’s dance ! en live-stream interactif

06.05.2021

Comment se retrouver légalement par centaines ou par milliers pour faire la fête et danser ensemble au son d’un même mix au temps des nuits sous couvre-feu ? Pari impossible ? Défi accepté !

Initiées en 2017 à l’occasion de la célébration des 30 ans de l’Ubu, les soirées Let’s dance ! sont depuis devenues des nuits thématiques régulières inspirées par l’envie de proposer un rendez-vous accessible, convivial et dansant. Et donc l’un des concepts les plus difficiles à adapter dans le contexte pandémique que nous vivons depuis plus d’un an.

Qu’à cela ne tienne, nous avons souhaité relever le défi en imaginant la première Let’s dance ! en live-stream interactif ; c’est-à-dire un DJ-set diffusé en direct sur Internet via le service Shotgun.live qui permet non seulement des échanges écrits entre les participant·e·s à travers un tchat classique, mais aussi la diffusion en très léger différé de courtes séquences vidéos enregistrées en direct chez celles et ceux qui le voulaient. Une façon d’étendre la notion de partage avec ce que la technologie permet aujourd’hui.

Un message de soutien aux scènes électroniques

Le point de départ de cette initiative est le sentiment d’abandon ressenti notamment par le milieu de la nuit et en particulier les artistes évoluant dans les musiques électroniques dansantes. Étant donné que ces esthétiques musicales s’épanouissent et se vivent normalement pour les publics dans un cadre festif, libre et désinhibé, avec une forte proximité physique, tout le monde craint et pressent que c’est l’un des derniers domaines qui retrouvera son fonctionnement normal dans le futur.

Jean-Louis Brossard, directeur artistique des Trans, raconte : « En temps normal, on a l’habitude d’organiser toute l’année des soirées électroniques de minuit à 6h du matin, ou d’accueillir des associations rennaises qui le font, et donc ça manque vraiment à tout le monde. Avec Mathieu [Mathieu Gervais, co-programmateur], on a donc décidé d’en proposer une en streaming. Mais surtout, ce qui me tenait à cœur, c’était que tout se passe en direct, c’est-à-dire que les gens soient devant leur écran et puissent se filmer au moment même où nous, on était à l’Ubu avec les DJs qui mixent, l’équipe de Voyons Voir qui filme et l’équipe technique au son et aux lumières. »

Un groove lent, pour l’écoute autant que pour la danse

Pour ce qui est de la programmation et de l’ambiance musicale, le choix des DJs pour cette première très spéciale s’est avéré assez simple, et presque évident, puisqu’il s’est porté sur Théo Muller, figure notable de la scène techno rennaise ayant officié en 2019 à l’Ubu pour une série de trois soirées autour de son label Krakzh, ainsi que Antoine, néo-Rennais et co-fondateur du festival Positive Education à Saint-Étienne. Jean-Louis précise : « J’avais croisé Théo Muller devant le disquaire Blind Spot et je lui ai parlé de cette idée. Il a aussitôt accepté et il m’a précisé assez vite qu’il voulait le faire à deux, avec Antoine. Ça tombait bien, on aime aussi beaucoup ce que fait Antoine, avec ce côté parfois electro-dub… musicalement c’était parfait pour moi, puisque l’idée était de proposer aux gens qui étaient chez eux un mix aussi bon pour danser et faire la fête que pour écouter de façon posée et attentive. » Les deux DJs – qui revendiquent un goût immodéré pour des grooves lents, fluides et électroniques – ont ainsi proposé un mix réunissant ambient, electronica, dub, ambiances tribales et techno.

Light design et innovation pour le plaisir visuel

Pour l’aspect visuel et scénographique, cette édition spéciale des soirées Let’s dance ! a aussi été une occasion d’innover : « On a décidé de faire une proposition particulière pour la scéno et les lumières, un effort qu’on ne voit pas toujours dans les live-streams mais qui était très important pour moi. On a donc échangé avec Fabrice Gefflot qui nous propose des créations lumières magnifiques depuis très longtemps, notamment aux Trans Musicales, dans le Hall 9 du Parc Expo. Il était d’ailleurs déjà là dans les années 1990 pour les soirées Planète et Rave aux Trans. C’est important de l’avoir avec nous sur ce type de projet. »

La réalisation vidéo a quant à elle été confiée à Voyons Voir, un collectif rennais de création audio-visuelle également habitué à collaborer avec Les Trans, notamment sur la série Plan Rapproché qui présente et valorise les groupes locaux accompagnés par Les Trans chaque année.

A noter aussi, la retransmission de la soirée en direct sur les ondes de Canal B et C‑Lab, radios partenaires de longue date.

Jean-Louis Brossard conclut tout simplement en donnant son sentiment en guise de bilan : « Je suis vraiment content du résultat, d’abord parce que musicalement c’est exactement ce que je recherchais. Et aussi bien sûr, pour le travail de scénographie, d’éclairage et de vidéo qui est particulièrement réussi ».

Retrouvez le replay vidéo de cette soirée Let’s dance ! ci-dessous.