Les Trans présentent :

41èmes Trans Musicales : Amami — L’Éclair — Liraz

Concerts
UBU | Rennes
VENDÉC |

Amami :
Trio mixte formé par Ines Mouzoune (basse, voix, synthétiseur, effets), Raphaël Anker (percussions électroniques, boîte à rythmes, EWI, effets) et Gabriel Ghebrezghi (voix, clavier Casio, effets), Amami propose sa propre vision d’une musique tropicale transcontinentale. Du rythme caribéen caractéristique du dancehall digital (le « dem bow ») aux mélopées d’Afrique orientale, en passant par un dub frénétiquement boosté à l’acid techno, l’inspiration des trois genevois en matière de croisements dansants et exaltants semble tout simplement illimitée.

L’Éclair :
Formé par six Suisses avides de groove, L’Éclair joue un funk progressif enrichi d’influences jazz afro-cubaines (congas et bongos), d’effets sonores chers au dub (écho et delay) et de sons de synthétiseurs seventies. Construits sous forme de jams psychédéliques, ces plages de danse évoquent aussi les origines du disco, ce moment où le funk a été percuté par les musiques latino- américaines et afro-latines. Définitivement taillé pour la scène, L’Éclair propose un live aussi fluide qu’un DJ set mais où l’improvisation constitue le carburant de cette fabuleuse machine à groover récemment signée sur le label Bongo Joe.

Liraz :
Née en Israël car ses parents iraniens ont fui le pays à l’aube de la révolution, la chanteuse et comédienne Liraz Charhi chante pour se reconnecter à ses racines perses. Son répertoire, chanté en farsi, mêle morceaux originaux et reprises d’artistes iraniens. On y entend un mix de musiques traditionnelles perses, de pop iranienne des années 1970 évoquant Googoosh, ainsi que des sons et des rythmes actuels créés par le producteur Rejoicer. Une démarche proche de A‑WA ou Altin Gün (respectivement aux Trans Musicales 2014 et 2017), mais dans une esthétique perse.

Amami
L’Éclair
Liraz