[Echo-système] Les musiques actuelles du Conservatoire à l’Ubu : c’est validé !

08.06.2021

Comme tous les ans depuis 2009, les mardi 1er et mercredi 2 juin dernier ont vu l’accueil à l’Ubu d’élèves du conservatoire de Rennes pour leurs examens de pratique en vue de l’obtention du diplôme d’études musicales (DEM). Présentation de ces journées découpées en trois temps, étapes de validation de futur·es musicien·nes professionnel·les.

La première épreuve : les projets personnels des candidats

« Depuis quelques jours, c’est sûr, on a senti monter le stress ! » C’est ce dont témoigne Emmanza, candidate de cette nouvelle promotion. Il faut dire que ces journées sont l’aboutissement de deux ans de formation. La première soirée présente les projets personnels de chacun des six membres de la promotion, qui ont chacun « leur » instrument – dont la voix – et leur groupe de musicien·nes qui ne sont pas forcément au Conservatoire. Habituellement appelé Let’s support DEM car ouvert au public (un jeu de mot sur la prononciation du « them » pour dire « encourageons-les ! »), c’est devant le seul jury que les étudiant·es auront pu se présenter cette année, règles sanitaires obligent. Le principe : des showcases de 20 minutes pour permettre aux six groupes de passer dans la soirée et de tous bénéficier de la même durée. Ce format de concerts, répandu dans certains festivals de découvertes, est unique dans la saison de l’Ubu. « Ça demande au groupe d’être tout de suite dedans, tu n’as pas « d’échauffement » explique Jean-Louis Brossard, directeur artistique des Trans, qui ne manque jamais une édition. « Il y a d’ordinaire une très bonne ambiance sur cette soirée, c’est de la vraie découverte, si certains projets tournent déjà un peu, d’autres n’ont quasiment jamais fait de live précise quant à lui Cédrick Alexandre, le responsable de cette formation.

De fait de nombreux candidat·es des promotions précédentes ont été programmé·es par les Trans Musicales : Rouge Gorge, des membres des groupes The Midnight Revolution, Fragments, Güz II, Wonderboy, Le Groupe Obscur… sont tous passés par ce creuset. Camille Goellaen Duvivier, passé par la promotion 2019 et qui a monté le groupe Moundrag, se souvient : « Avec mon frère qui est dans Moundrag on avait beaucoup travaillé notre set en prévision de cette soirée, on avait même fait une résidence à Bonjour Minuit [la SMAC de Saint-Brieuc] dans cette optique. Ça avait très bien fonctionné et résultat, Jean-Louis Brossard nous a accompagné avec Les Trans sur l’année suivante. Après, le DEM va moins porter sur le développement de ces projets personnels que sur le développement du musicien en lui-même. » Cédrick Alexandre le confirme : ce qui va être pris en compte par le jury, ça n’est pas si ça sonne bien ou si ça lui plaît, mais le positionnement du musicien, la place qu’il prend ou non dans le groupe, et comment il peut la justifier ».

Le projet collectif, autre élément-clé de l’apprentissage des musiciens

« Je suis vraiment très content, après toutes les difficultés rencontrées cette année dues à la pandémie, de voir ce résultat », témoigne-t-il, visiblement ravi, au sortir du live du projet collectif de toute la promotion présenté le mercredi matin. Exercice emblématique de cette formation, c’est avec un thème pioché dans le répertoire des années 1960 jusqu’aux années 2000 que les candidats proposent un set d’environ une heure. Après des thématiques les dernières années comme King Crimson, Kraftwerk, les BO de Tarantino ou les différents travaux du producteur Rick Rubin, les élèves ont travaillé la thématique neo soul – une évolution de la soul ayant émergé dans les années 1990 sous l’influence du R&B contemporain, du hip hop, du funk et du jazz.

Ce choix se fait collectivement à travers les différentes sensibilités qui se sont exprimées en première année et est travaillé pendant plusieurs mois. Là encore, l’objectif n’est pas de former des stars de demain mais d’apprendre à travailler ensemble : l’artiste musicien doit pouvoir se mettre au service des projets des autres. Jean-Louis Brossard se « souvient d’un candidat qui chantait avec son projet metal et qui le lendemain chantait complètement différemment pour le thème collectif, c’était très étonnant ». Cédrick Alexandre donne un exemple de cet entraînement : « On fait des exercices hebdomadaires basé sur un « real book » de la pop [à l’instar de ceux du jazz, une collection de standards du genre], où je leur donne un relevé – un morceau – à étudier le mardi, ils ont un temps dédié pour le travailler le mercredi et ils le présentent le jeudi. Au début de la formation c’est bien sûr catastrophique, c’est difficile de réussir ça en aussi peu de temps et à plusieurs, surtout qu’ils ne se connaissent pas encore entre eux. Mais l’objectif est de faire en sorte qu’ils s’adaptent très vite à n’importe quel courant musical ». D’autres parties de la formation insistent sur cette culture musicale variée, comme la formation musicale – ou le solfège, que Cédrick Alexandre préfère appeler du ear training. « On développe beaucoup la capacité de faire une écoute ciblée, explique Camille, ça permet de connaître le répertoire tout en apprenant à comprendre en 3 ou 4 écoutes les structures des morceaux qu’on nous soumet. »

On peut retrouver ci-dessous la captation d’un filage réalisé pendant la résidence à l’Antipode en Mars dernier :

Projet “NewSoul” à l’Antipode

La dernière étape avec le jury pour la validation

Le mercredi après-midi vient enfin le temps des échanges avec le jury composé de musiciens – année Laetitia Shériff et Luc Diabira (batteur de Sapho) –, ainsi que de directeurs·trices de conservatoire et de formation. Cet oral comporte notamment une soutenance de mémoire dont le sujet transversal est donné quinze jours à l’avance – cette approche sur le croisement entre plusieurs arts est très liée aux autres disciplines du Conservatoire comme la danse, le théâtre mais également l’enseignement de la musique classique ou du jazz. C’est également le temps d’explicitation du projet personnel avec le jury, qui va chercher à mieux comprendre le projet artistique des élèves. « Le candidat doit connaître son instrument et l’environnement de la musique, et expliquer ses choix de groupe. Il doit pouvoir se projeter à moyen terme sur un début de carrière de musicien ou d’études supérieures », résume Cédrick. Il y a une vraie bienveillance, on sait tous que cela prend beaucoup de temps de développer une carrière et de trouver son esthétique ».

A noter que depuis plusieurs années l’ensemble des candidats obtiennent leur diplôme – et cette promotion n’a pas fait exception, tous les candidats ayant été reçus. « A l’entrée, on se trompe de moins en moins. Je passe beaucoup de temps en recrutement, en entretien, pour être sûr qu’il n’y aura pas d’accident de parcours. Sur la quarantaine de candidats qui postulent chaque année, on retrouve des personnes qui veulent se professionnaliser et qui savent que des études supérieures sont possibles en musiques amplifiées. »

Les 20 ans du département de musiques actuelles du conservatoire de Rennes

L’existence même de ce diplôme du conservatoire est récente par rapport à d’autres domaines comme la musique classique ou traditionnelle — un parallèle direct peut être fait avec la temporalité et la reconnaissance des musiques amplifiées par le ministère de la Culture dans les années 90. « C’est plutôt chouette de se dire qu’il y a un diplôme dans les « musiques actuelles » estime Jean-Louis Brossard. « Moi qui ai fait de la musique classique de 5 ans à 15 ans, quand je passais un concours, tu es avec ton violon et tu dois savoir le morceau par cœur, accompagné d’un pianiste, ce n’était pas la même ambiance (rires) ! ».

La formation a été montée en 2002 avec des promotions de 6 à 7 personnes, et si elle est ouverte jusqu’à 25 ans, la plupart des élèves entrent aujourd’hui directement après le bac et suivent souvent en parallèle des études de musicologie à l’Université Rennes 2 (la formation au Conservatoire est de 12H par semaine) afin d’obtenir une licence. Sur les plus de 80 diplomé·es depuis la création de la formation, environ 80% sont devenus professionnel·les, c’est-à-dire qu’ils·elles vivent de la musique, en étant soit artistes enseignant·es ou artistes intermittent·es. Celles et ceux qui se destinent à l’enseignement poursuivent leurs études au Pont Supérieur, qui délivre un diplôme d’état pour enseigner par la suite dans des écoles de musique.

Camille Goellaen Duvivier s’est pour sa part orienté vers la carrière de musicien professionnel. « C’est sûr que quand on sait que tu as « fait » le conservatoire, tu es pris au sérieux. Je travaille maintenant pas mal en studio pour des projets, il faut aussi dire que je joue d’un instrument assez spécifique, un orgue Hammond, qui fait que je suis régulièrement appelé ». Il participe par exemple au groupe de Brieg Guerveno, accompagné en 2020 et 2021 par Les Trans. « Il avait envie de claviers nordiques, avec très peu de notes, des longues plages sonores. Il avait tout son univers et s’est entouré d’un groupe pour le traduire. » Existe-t-il une différence entre des autodidactes qui seraient plus créatifs quand les académiques seraient des virtuoses ? Jean-Louis Brossard balaye cette idée : « Je ne fais aucune différence. Pour rappel, Jimi Hendrix ne savait pas lire une note de musique, mais avant son décès il comptait s’y mettre ! ». Camille acquiesce : la plupart des musiciens avec qui je joue ne savent pas forcément lire la musique, ça ne les empêche pas d’être de supers musiciens. De mon côté, jouer exactement une partition ne m’intéresse pas beaucoup, je vais toujours y mettre ma patte, le but reste de faire vibrer sa partie et de pouvoir la partager !