Chronique

MoHican et les Trans en résidence en Bretagne romantique – Épisode 3 (suite et fin)

03.07.2020

L’épisode 1 de la résidence sur le territoire de la Bretagne romantique racontait la rencontre entre des résident·e·s d’EHPAD, des collégien·ne·s et les musiciens de MoHican. À la suite de ces premiers échanges, les ateliers de pratique artistique devaient avoir lieu. L’épisode 2 a été l’occasion de montrer ce qui a pu être mis en place à distance avec les collégien·ne·s suite à la crise sanitaire démarrée en mars dernier. L’épisode 3 va donc raconter comment, portées par une volonté commune de faire aboutir ce projet, les personnes impliquées (équipe pédagogique et administrative, l’équipe des Trans et les artistes) sont parvenues à organiser deux dernières journées d’intervention en classe !

Reprise des ateliers

Cela fait quasiment trois mois jour pour jour que les élèves et MoHican ne se sont pas vu·e·s. Les échanges en visio-conférence ont permis de garder un lien mais n’ont pas été très efficients sur l’avancée des morceaux des élèves. Une problématique s’ajoute à cette reprise particulière : les élèves de la classe de 3ème C sont désormais organisé·e·s en deux groupes, alternant une semaine sur deux leur présence au collège. Les groupes de musique formés par les élèves (Binks, Leenager, 5teens, Paris n’est pas en France, Sevens et Mohilat) ne peuvent plus travailler ensemble. Lucas et Aurélien de MoHican, proposent donc aux élèves présent·e·s d’écouter les morceaux réalisés avant le confinement et de choisir l’un d’entre eux. Trois nouveaux groupes d’élèves se forment. Le travail à partir des compositions réalisées lors des premiers ateliers en février peut commencer.

Les élèves enregistrent de nouveaux éléments sonores, revoient leurs textes et surtout, s’entraînent à les chanter en rythme sur les compositions.

Enregistrement des morceaux

A la fin de la matinée d’atelier, les groupes enregistrent chacun leurs morceaux (que nous vous proposons d’écouter ici). C’est tout aussi exaltant que frustrant. Le travail produit en trois heures est impressionnant et rappelle à toutes et tous qu’avec les trente heures d’ateliers prévus initialement, l’aventure aurait pu aller encore plus loin.

Tout ce qui était prévu n’a pas pu avoir lieu. Les élèves de 3ème B n’ont pas pu rencontrer tous les tou·te·s les professionnel·le·s qui devaient les accompagner dans l’organisation des concerts et leur faire découvrir leur métier. Pour les résident·e·s de l’EHPAD, le projet de création artistique est reporté au printemps 2021.

Les concerts

Le passage sur scène et la présentation du travail à des publics faisaient partie du projet. L’après-midi, les élèves de 3ème C ont eu le choix de monter sur scène afin de présenter le résultat de l’atelier du matin. Le stress et les hésitations se mêlent à l’envie de montrer le travail accompli.

La moitié de la classe de 3ème B (classe initialement impliquée dans le projet pour organiser les concerts) et les professeur·e·s concerné·e·s sont invité·e·s à être publics. Jauge réduite oblige, nous sommes moins de vingt personnes dans la salle de conférence de la Cité scolaire.

Encouragé·e·s et applaudi·e·s, tou·te·s les élèves passent sur scène accompagné·e·s et épaulé·e·s par les musiciens de MoHican.

Restitution des élèvesEt pour finir (en beauté), MoHican donne un concert. Cela aurait dû avoir lieu au Théâtre de Poche et à l’Ubu, avec sans doute beaucoup de publics. Pouvoir revoir des artistes sur scène et de la musique live était une manière de terminer ce projet en étant tou·te·s ensemble.

 

 

 

Raconter

Un film documentaire réalisé par François Le Gouic raconte cette année de résidence. Une émission de radio, préparée depuis octobre dernier par les élèves de 3ème B et avec Morgane Soularue, journaliste à Canal B, a aussi été publiée et témoigne de leurs expériences de cette année.

Bonne écoute et bon visionnage !