Retour aux sources : Kind Of Guru

13.10.2021

On découvre souvent les artistes sur scène, sur album ou dans un clip. On peut aussi apprendre à les connaître autrement, en s’intéressant aux groupes et aux morceaux qui les inspirent ou les ont inspirés, et qui sont même parfois à la source de leur cheminement musical.

Né en 2020, le quintet rennais Kind Of Guru rassemble un soubassophone, deux saxophones, un batteur et un rappeur derrière le logo d’un félin démoniaque. Denis Poulain, à la batterie et à la composition, commente le pedigree musical de cet étrange animal aux origines hip hop, jazz et électro. 

Rage Against The Machine – Killing In The Name (1992)

Rage Against The Machine — Killing In The Name — 1993

 

« Je me souviens du moment précis où j’ai entendu pour la première fois Rage Against The Machine. J’ai onze ans, je suis en voiture. Et soudain passe à la radio Killing In The Name. Avec mes deux grands frères, on devient fous. On écoutait essentiellement du rock. Là, c’est une révélation : on peut le mélanger avec du rap ! J’ai trouvé ça excellent. A l’époque, je débute à la guitare et forcément, les riffs de Tom Morello m’impressionnent. J’ai toujours aimé les rythmiques funk et un peu folles et c’est d’ailleurs la raison pour laquelle je me suis mis ensuite à la batterie. Je n’ai compris le message politique de RATM que plus tard, mais leur dénonciation féroce des injustices et des inégalités est toujours d’actualité. »

Morphine – Buena (1993)

 

« C’est un copain, rencontré pendant l’été de mes 13 ans, qui me fait découvrir Morphine. J’adore tout de suite. Je suis séduit par ce son gras, cette basse à deux cordes jouée en slide, ce saxophone baryton. J’aime les sons graves, ce n’est pas un hasard si Kind Of Guru compte deux saxophones et un soubassophone ! Morphine, c’est un ovni. A l’époque, j’étais plus rock, j’écoutais La Mano Negra, Led Zeppelin… Morphine a élargi mon horizon musical au jazz et à d’autres sonorités. Il m’a ouvert l’esprit. »

Steve Coleman and Metrics – Freestyle (1995)

 

« J’ai vu le saxophoniste Steve Coleman en concert dans les années 2000 avec les Five Elements dans une salle du Finistère, et j’ai pris une claque. Le batteur était démentiel. J’ai découvert ce jour-là que le jazz pouvait être cool. Le live de 1995 avec les Metrics est inégalable. Tout y est fou. Cela m’a donné envie d’écouter du hip hop américain. Dans Kind Of Guru, il y a une dimension hip hop très pop. Le groupe est un mélange réfléchi de tout ce que j’avais envie de faire. »

DJ Shadow – Nobody Speak feat. Run The Jewels (2016)

DJ Shadow — Nobody Speak feat. Run The Jewels (Official Video)

 

« J’ai choisi ce titre avant tout pour le duo Run The Jewels (El‑P et Killer Mike). J’adore ce genre de flow et ce hip hop un peu décalé. Le clip est original et drôle. Le hip hop peut faire preuve de sérieux mais aussi de second degré, je pense par exemple à un artiste comme Tyler The Creator qui utilise l’absurde et l’humour. Avec Jay Ree, le chanteur anglais de Kind Of Guru, nous avions envie d’orienter le groupe dans cette direction un peu fantasque. C’est la raison pour laquelle nous avons choisi le nom Kind Of Guru. Sur Internet, les vidéos les plus regardées sont celles avec des chatons. Ces animaux très mignons détournent l’attention des gens des sujets vraiment importants. Le logo du groupe symbolise cette « espèce de gourou » démoniaque, ce félin qui manipule tout le monde. »

Portishead – Roads (1994)

 

« Quand j’ai composé durant le premier confinement, j’ai beaucoup écouté Portishead. Le groupe de Bristol possède un côté froid, rugueux, un peu glauque même, qui se révèle très beau et touchant. Cette recherche de l’émotion qui ne tourne pas à la guimauve m’a profondément influencé. Par exemple, l’introduction de Roads, avec ces nappes de claviers, m’a inspiré le début d’un titre pour Kind Of Guru. L’écoute de Portishead m’a aussi poussé à intégrer pour la première fois des sons électro et des samples. »

Kind of Guru aux Trans Musicales

 Kind Of Guru est en concert gratuit aux Trans Musicales le vendredi 3 décembre à L’Étage.

 Le groupe est accompagné par l’Échonova (Saint-Avé), le Run Ar Puñs (Châteaulin) et Les Trans, dans le cadre du dispositif de production mutualisée de la région Bretagne.