Chronique

Alvan au Lycée Bel Air de Tinténiac

01.06.2021

Les lycéens de Bel Air à Tinténiac devaient participer à un Parcours Trans cette année, en venant au festival et à d’autres propositions artistiques faites par les Trans. Comme pour la plupart des structures partenaires en action culturelle, le projet a été modifié, raccourci, et a finalement été mis en place au sein de l’établissement scolaire.

Qu’ont en commun The Prodigy, Slipknot, Guns N’ Roses, Éric Serra et Fakear ? Peu de chose si ce n’est qu’ils forment un patchwork musical très éclectique. C’est en tout cas le constat que les élèves du Lycée des métiers de Bel-Air de Tinténiac ont fait. Une fois n’est pas coutume, l’action de découverte d’un artiste s’est faite en écoutant tout autre chose que ses morceaux. Au mois de novembre dernier, Alvan nous livrait dans un article “Retours aux sources” ses influences et les artistes (cités ci-dessus), qu’il considère fondamentaux dans la musique qu’il crée aujourd’hui. Quand les élèves en seconde mécanique automobile et poids lourds écoutent les sons d’Alvan pour la première fois, ils sont agréablement surpris, sûrement parce que Slipknot est assez loin de ce qu’ils écoutent. 

Moi j’écoute de la drill, genre Gazo” 

J’écoute de tout, enfin sauf du métal et du rock”

J’écoute AC/DC avec mes parents et sinon du rap français, Freeze Corléone par exemple”. 

Après un sans faute au blind-test sur les artistes passé·e·s aux Trans et les discussions autour d’Alvan, les élèves sont prêts et motivés à l’accueillir deux jours plus tard pour un atelier et un concert.

Durant l’atelier, l’artiste leur propose de créer leur propre “prod” (production/morceau), à partir de sons qu’ils enregistrent. Chaque élève passe au micro et enregistre sa voix pour quelques mots, un bruit qu’il aime, un son marrant. L’un d’entre eux passe même à la guitare, aidé par Alvan qui fait les accords. Bien sûr, une heure d’atelier est aussi intense que frustrante, tant tous les participants ont envie d’aller plus loin. Heureusement qu’il y a le concert l’après-midi. Même si peu s’essayent à la danse durant le set, les retours sont plus que positifs :

Alvan et Yannis, à la guitare.

En vrai, tu gères !” 

C’était mon premier concert et c’était de la frappe”.

Ensemble, et pour terminer la rencontre, on écoute la production faite par les élèves le matin-même. Alvan se dirige au micro de la scène encore en place et se lance dans un freestyle de rap sur le son. Succès garanti. Et comme l’ambiance est bonne et que les élèves n’ont plus cours après, l’artiste profite de ce moment pour faire écouter aux élèves le son qu’il a produit cette nuit : “c’est tout neuf, c’est un premier jet mais j’aimerais avoir votre retour”. On y retrouve certaines influences du retour aux sources et surtout une multitude de styles différents. 

En vrai si tu mets ça sur YouTube, j’écoute ça H24, c’est lourd”. 

La classe s’en va au fur et à mesure, mais quelques élèves restent avec l’artiste alors que la scène commence à être démontée. Alvan joue au jukebox et refait des instru (musiques instrumentales) de rap adorées par les élèves à la guitare électrique. Bref, une belle rencontre !