Chronique

Eighty, la pluie, la fête et l’imprévu !

15.06.2021

Restitutions des ateliers de pratique artistique et fin de projet de la première année de résidence à l’école Pascal Lafaye avec Eighty, le groupe disco funk rennais programmé lors des Trans Musicales 2020 et de l’événement en ligne qui s’y est substitué, Les Trans s’invitent chez vous. 

Les concerts en extérieur sont toujours soumis à des questions météorologiques. Pleuvra, pleuvra pas, avec ou sans vent, avec ou sans orages. Cette dépendance à un phénomène tout à fait incontrôlable met publics, organisateurs et artistes dans un état d’angoisse mêlée d’excitation. Car jouera, jouera pas, commencera avec du retard, ne commencera pas.

Quand on parle de météo, il y a parfois un·e ami·e, pour vous dire que son plus beau concert, ou le plus émouvant, était sous la pluie. Car le soulagement des équipes organisatrices,  la surprise des artistes sur scène, les capuches de k‑way qui dégoulinent participent à rendre le moment exceptionnel. 

Nous avions tout cela en tête jeudi 3 juin au matin, lorsque les membres d’Eighty (groupe accompagné par les Trans) balançaient et jouaient un peu plus fort pour couvrir le bruit des gouttes de pluie sur le toit en PVC du préau de l’école primaire Pascal Lafaye. Les élèves, et notamment celles et ceux qui ont participé au projet depuis le début de l’année, avaient dans leurs sacs des imperméables et des déguisements disco, en hommage au groupe. 

Quand les élèves se sont installé·e·s sur scène pour la restitution de leurs ateliers de pratique, et on peut le dire : un peu par magie, la pluie a cessé. Depuis septembre, et dans le cadre des Trans en résidence dans le quartier du Blosne, les élèves de CM1-CM2 ont participé à des ateliers avec IA404 et Alvan notamment, et elles et ils ont aussi été accompagné·e·s durant un an par Mélanie Louvel, musicienne intervenante du Conservatoire. Dans le cadre du dispositif Musique à l’Ecole, des actions d’éveil et de sensibilisation artistiques en milieu scolaire sont mises en place. Ce qui a permis d’avoir une première partie riche, de Emilie Simon, à Alvan en passant par Cocoon, tout cela chanté en chœur par près de 80 élèves, tout cela devant toute l’école maternelle et primaire. 

Très rapidement après la sortie de scène des jeunes musicien·ne·s, “Eighty Eighty Eighty” était scandé par plus de 300 personnes (de loin la plus grosse jauge de concerts depuis un bon moment). Affiches, perruques, lunettes en forme d’étoiles et chemises colorées s’agitaient sur le rythme disco-funk des chansons d’Eighty. 

Derrière la grille de la cour, quelques voisin·e·s de l’école ou passant·e·s curieu·x·ses se sont arrêté·e·s pour danser et profiter du concert, nous demandant pourquoi cela était réservé aux enfants ! “Je ne pensais pas qu’il pouvait y avoir des concerts dans des écoles, c’est super !

Et c’est aussi ça une restitution d’un projet d’action culturelle, quand la surprise remplace peu à peu le stress, et quand par une suite d’événements, avec ou sans pluie, et parce que c’est incontrôlable et inexplicable, le moment paraît magique pour tout le monde.